fbpx

REJOIGNEZ LE VOYAGE ! 10% de réduction sur le premier achat.

Wilden Tales : la nature sauvage en nous

Déménager n’est jamais facile, vous savez. Surtout si le choix se porte sur une colline à moitié abandonnée, dans une infime fraction d’un petit village d’une vallée des Abruzzes. Pourtant, attirés par une vie plus saine et plus sauvage , enrichis par le sens de la recherche vers l’inconnu, nous avons rapidement pris possession de ce qui allait bientôt devenir notre nouvelle maison.

Au bout d’une semaine, le confinement . Comme tout le monde, nous n’étions pas du tout préparés à cette éventualité : la méconnaissance de la communauté, mêlée à la solitude enchanteresse de la colline, a fini par générer un profond malaise.

La Maison des Amandiers

La “maison des amandiers” est vite devenue le foyer d’une surréalité dans laquelle nous nous sommes retrouvés piégés. Le privilège cédait silencieusement à l’angoisse ; la solitude nous avait tendu une embuscade. Les mêmes questions sont revenues me hanter : “Que signifie sauvage ? Et où peut-on le trouver ?“. Après ces premiers instants d’incrédulité, il y a eu une prise de conscience et la nature de toute sa puissance nous a tendu la main.

Paisible dans la vallée du Tirino

Aspirer dans la nature

J’ai donc commencé à zuzzurella – comme certains indigènes me l’ont suggéré – dans la pelouse autour de la maison qui n’a pas été cultivée pendant de nombreuses années et nous a donné une variété de légumes. J’ai ensuite continué le long d’une pente rocheuse escarpée pour ramasser les premières asperges sauvages , jusqu’à ce que j’atteigne les rives de la rivière, où se détachaient les pousses de prêle et la sedanine d’eau avec sa saveur particulière, avec des notes balsamiques de céleri, de fenouil et des notes de réglisse. J’ai observé la nature et comment en quelques kilomètres elle changeait d’aspect et la végétation avec elle. Les journées s’enrichissaient de petits gestes , comme sortir dans le jardin sauvage de la maison et observer comment une plante évoluait au cours de sa croissance. Cela m’a donné la force d’affronter l’éloignement des êtres humains. Je sentais qu’un échange d’énergies s’opérait entre les plantes et moi. J’ai commencé à me sentir moins seul et j’ai essayé de saisir l’essence de vivre avec la nature.

Le Tirino, l’un des fleuves les plus beaux et les plus propres d’Italie, est densément peuplé de tapis de céleri d’eau, de truites et d’écrevisses

Collection d’herbes

Lors de la récolte des herbes, une lecture attentive de la nature s’opère avec le regard tourné vers le sol. Ce qui pour l’œil distrait n’aurait pu apparaître qu’une étendue de brins d’herbe qui décoraient la vallée est soudainement devenu une multitude de matières premières dont mère nature s’était complètement occupée. La silhouette déchiquetée du pissenlit et du coquelicot alternait avec les contours du silène et du plantain . Les premières fleurs apparues pendant les journées chaudes de la quarantaine ont été celles de la mauve et de la camomille , que j’ai ramassées et laissées sécher en prévision des froides soirées d’hiver. Viennent ensuite la fleur de sureau et le robinier , que nous consommons frais lors de nos repas et en partie conservés dans des vinaigres aromatisés et du kombuche . Puis nous sommes passés aux mûriers et aux cerisiers sauvages puis à la cueillette des noix vertes pour le traditionnel nocino de la nuit du 24 juin.

Les fruits du mûrier

Sensibilisation à la nature sauvage

Cette période d’approche et de reconnaissance des plantes sauvages était quelque chose de plus que de la recherche de nourriture , c’était entrer en contact avec le sol sur lequel je marchais et trouver un langage non verbal avec lequel communiquer avec lui. Était-ce peut-être ce sentiment de nature sauvage ? Sauvage? Comme le dit William Cronon dans son essai “The trouble with wilde; or Going Back to the Wrong Nature”, nous devons noter que la véritable nature sauvage se trouve en nous et non à l’extérieur.

Ce n’est rien de plus qu’une certaine bienveillance qui permet de trouver un esprit guide dans la nature qui nous entoure. Nous ne pouvons plus penser la nature comme une frontière entre nous et le monde ou comme un produit à consommer : la nature sauvage n’est pas la distance, mais un sens intime qui nous permet de retrouver notre rôle au quotidien et de soigner nos blessures.

Paroles de Serena Tornusciolo pour Wilden

0